FRONT SOCIAL VIGILANCE ET CHAMBOULE-TOUT le 25 AOUT A SAINT BRIEUC

lundi 24 juillet

Face à Macron, construisons le Front social !

Fraîchement élu, Emmanuel Macron et sa majorité entendent casser notre modèle social.
Outre la banalisation de l’état d’urgence qui permettra de museler le mouvement social, le « macronisme » c’est :

- le renforcement de l’austérité avec l’annonce de 60 milliards d’économies sur le quinquennat dont 25 milliards dans la seule sphère sociale.
- la casse lourde du code du travail dans la continuité de la loi El Khomri. Se préparent un grave rabotage des droits des salarié-es conquis depuis des décennies et la quasi toute-puissance des employeurs : contrats à la carte, mise en concurrence des entreprises…, tout sera fait pour faciliter un moins-disant « compétitif », rendant notre avenir toujours plus incertain.
- la réforme de l’assurance chômage et la fin de son financement par la cotisation. Le gouvernement veut la financer par l’augmentation de la CSG. C’est un basculement d’ampleur qui désengage les patrons et se fait au détriment des salariés et des retraités dont plus d’un million vivent déjà sous le seuil de pauvreté.
- l’« ubérisation » de l’économie et la généralisation du salarié jetable et low cost.
- les attaques contre les Services publics avec la suppression de 120 000 fonctionnaires et coupes budgétaires...

Étudiants, privés d’emplois, salariés, retraités : tous concernés !
Ne laissons pas Macron appliquer ses mesures antisociales pilotées par le MEDEF :
le temps n’est pas à la négociation, mais à la mobilisation !

RASSEMBLEMENT
LE VENDREDI 25 AOUT 2017
À 18 H30 À SAINT-BRIEUC
place de la Grille

A l’appel du Front Social Saint-Brieuc : ATTAC 22, CVA22, CNT22, Ensemble 22, France Insoumise Saint-Brieuc et alentours, UDB 22, PCF Saint-Brieuc, Solidaires 22...

PDF - 717 ko

La plateforme du CVA 22

Le Collectif de Vigilance Antifasciste 22 est d’abord né d’une réaction, d’une volonté d’action contre la propagation des idées d’extrême­-droite qui s’est concrétisée à Saint­-Brieuc par l’appel à un rassemblement contre l’accueil des migrants. Il n’était pas question pour nous de leur laisser la rue.

Au-­delà de cette initiative, les organisations et individuEs alors réuniEs sont tombées d’accord pour que la contre ­offensive s’inscrive dans la durée, au vu de la (...)