Festival des Hortensias : l’extreme droite menace les lanceurs d’alerte

jeudi 14 juin

Le Collectif Vigilance Antifasciste 22 (CVA22) vient de recevoir un courrier des lanceurSEs d’alerte, dans lequel ilellles dénoncent d’un côté un dysfonctionnement grave dans la procédure de traitement des plaintes, qui pourrait relever de la faute professionnel grave et de l’autre une porosité entre certainEs éluEs de Perros Guirec et des membres de l’organisation du Festival des Hortensias d’ultra droite, en effet un corbeau a écrit une lettre de menace à une personne s’étant plein à la mairie de Perros-Guirec de l’entrisme de l’extrême droite.

Ce courrier évoque une réunion de médiation organisée par la sous-préfecture entre la mairie, le festival des Hortensias et le CVA22. Le président du Festival des Hortensias a fait jouer le groupe de musique Dazon, qui pose en tenue de la Bezen Perrot. Cette milice a collaboré avec les nazis en 39-45, dénoncé de nombreuSESx resistantEs, en a torturé et exécuté d’autres comme Mireille Chrisostome et s’est aussi battue au sein d’une SS. Il est donc inconcevable pour le CVA22 de s’asseoir à la même table qu’un président faisant joué un groupe collaborationniste. Le rôle de la préfecture ne devrait pas être de jouer le médiateur, mais d’ester en justice contre tous ceux et celles qui font l’apologie de la collaboration pendant la seconde guerre mondiale et l’apologie de la haine raciale. Le dossier qui lui a été transmis devrait lui permettre de travailler dans ce sens.

Le CVA22 ne participera pas a une mascarade pour sauver un festival gangrené par l’extrême droite. Si la préfecture avait pris ses responsabilités il y a 6 mois la situation serait différente aujourd’hui.
Le CVA22 n’ayant par ailleurs toujours pas été contacté par la préfecture ou la mairie.

Démission du président du festival des Hortensias et de ses complices. Pas de bénévoles, pas de groupes pour un festival qui a été pris par la ruse et la menace par l’extrême droite.

PDF - 67.6 ko

La plateforme du CVA 22

Le Collectif de Vigilance Antifasciste 22 est d’abord né d’une réaction, d’une volonté d’action contre la propagation des idées d’extrême­-droite qui s’est concrétisée à Saint­-Brieuc par l’appel à un rassemblement contre l’accueil des migrants. Il n’était pas question pour nous de leur laisser la rue.

Au-­delà de cette initiative, les organisations et individuEs alors réuniEs sont tombées d’accord pour que la contre ­offensive s’inscrive dans la durée, au vu de la (...)