Retour sur la journée de mobilisation du 17 mars

jeudi 22 mars

Retour sur la journée de mobilisation de soutien à Afrin.

Le matin 500 tracts ont été distribués sur le marché du centre ville. Les tracts ont été bien accueillis. Cela a permis d’ouvrir des discussions intéressantes. Une grande partie des badauds avec qui nous avons discuté étaient favorables au peuple Kurde et étaient reconnaissants de leur rôle dans la lutte contre Daesh.

Un peu plus de 80 personnes se sont rassemblées devant la préfecture de St Brieuc dès 14h à l’appel du CVA22 & HDK-F.. La prise de parole unitaire a rappelé les atrocités de l’armée turque sur les populations d’Afrin dont l’hôpital été dernièrement pris pour cible.

Ensuite un cortège s’est élancé dans les rues de St Brieuc derrière une banderole « Contre tous les fascismes - Solidarité internationaliste avec les peuples : Kurdistan & Rojava ». Il a scandé de nombreux slogans fustigeant autant l’offensive menée par l’armée de Erdogan et ses milices islamistes alliées, que la passivité de la diplomatie française.... et appelant à mettre concrètement en œuvre la solidarité internationale. La préfecture a encore refusé de rencontrer des représentant.e.s de nos ami.e.s Kurdes. : « Il vous recevra lors d’un prochain rassemblement » dixit le RG sur place. D’ailleurs, le seul membre des forces de police visible, apparemment.
On retiendra ainsi une mobilisation qui aurait du être plus massive mais a été bien énergique et revendicative. Et aussi, un préfet qui a l’air aussi soucieux que la diplomatie française des revendications des peuples du Kurdistan et nous incite donc à reprendre la rue ! Et on n’oubliez pas le rdv du 31 mars sur Lorient !


La plateforme du CVA 22

Le Collectif de Vigilance Antifasciste 22 est d’abord né d’une réaction, d’une volonté d’action contre la propagation des idées d’extrême­-droite qui s’est concrétisée à Saint­-Brieuc par l’appel à un rassemblement contre l’accueil des migrants. Il n’était pas question pour nous de leur laisser la rue.

Au-­delà de cette initiative, les organisations et individuEs alors réuniEs sont tombées d’accord pour que la contre ­offensive s’inscrive dans la durée, au vu de la (...)