Suite au rassemblement antifasciste du 10 juin à Guingamp

mercredi 21 juin

Nous partageons avec vous différents comptes-rendus et articles suite au rassemblement ayant eu lieu à Guingamp le 10 juin sous l’appel "Le fascisme tue, le capitalisme en est le marchepied".

  • Voici le compte-rendu que nous avons rédigé : Bilan du 10 juin suite au rassemblement convivial et solidaire, place du Vally à Guingamp.

A l’heure du rassemblement, environ 60-70 militant-e-s décident de partir en cortège, avec prises de paroles sur la place du centre, puis reprise du parcours vers le bar identitaire "Bro Gozh" tenu par un proche d’Adsav.
A peine arrivé-es- près de la place du centre, plusieurs fascistes postés dans une ruelle ont provoqué le cortège agressant un de nos camarades qui a gardé quelques marques au cou et au visage. La riposte ne s’est pas faite attendre et les fascistes ont du reculé. Les forces de l’ordre n’ont pas interpellé les agresseurs.
Après les prises de parole, le cortège s’est dirigé vers le "Bro Gozh", fermé par un rideau de fer et la porte protégée par une planche de bois. Le patron a ouvert la fenêtre à l’étage après une dizaine de minutes, se manifestant par des saluts nazis, des menaces : " le premier qui reste, je le plante avec mon surin. Je passe un coup de fil et y’en a 3 fois plus que vous qui arrivent. Vous êtes des merdes. "
Lors du retour vers le centre ville, un autre groupe d’une dizaine fachos (type skinheads) s’est présenté sur une passerelle parallèle au pont sur lequel nous passions. Non loin du bar "la Glycine", ils nous ont ensuite lancé des canettes et des verres avant que les gendarmes mobiles ne créent un cordon (mais sans interpeller les agresseurs...). Nous avons ensuite rejoint le centre ville en cortège.
Les Guingampais ne pourront ignorer que dans leur ville des fachos s’affichent au grand jour et évoqueront, on peut l’espérer, cette journée. Nous y retournons tant qu’il sera nécessaire pour faire fermer cet établissement !

Quand les fascistes sortent de leur trou : récit de la manifestation antifa organisée à Guingamp samedi 10 juin

Après un départ du parking du Vally après 15 h, un cortège intergénérationnel d’un peu moins de cent personnes prend la direction de la place du Centre. Une poignée de militants d’extrême-droite surgissent de la venelle du Moulin et la Ville, passage étroit qui mène au Trieux. S’en suit une courte altercation sous le regard de la gendarmerie qui reste stoïque.

Après quelques prises de paroles devant la fontaine de la Plomée, quatre ans après la mort de Clément Méric et dans un contexte de progression constante des idéologies de haine, le cortège se décide à cheminer vers la rue Saint-Michel, où le militant "national-racial" breton Jérôme Bannier (Jerom’ Ar Banner sur le web) a repris le bar La Vieille Auberge rebaptisé Bro Gozh. Les portes de l’établissement sont closes, mais le tenancier apparaît à la fenêtre du premier étage. De nombreux témoins l’observent tendre le bras droit tout en proférant des insultes parfois clairement racistes. Il prétend pouvoir, sur un coup de fil, ramener le double d’activistes pour le défendre.

Les manifestants préfèrent l’ironie à l’affrontement et laissent le barman à ses délires, en faisant résonner des "Siamo tutti antifascisti !" dans les ruelles de la cité. Si des riverains restent sidérés, d’autres reconnaissent que la mauvaise réputation du patron est arrivée jusqu’à leurs oreilles.

Arrivés sur le pont de la rue Saint-Sébastien, les manifestants sont interpellés à distance par six ou sept individus, positionnés sur la passerelle, proche du bar La Glicyne. Il ne faut pas se fier à leurs cris et leur comportement, nous ne sommes pas dans le grand Nord canadien pendant la période des amours, mais bien face à d’authentiques spécimens de néo-nazis au bulbe guère irrigué. C’est ce que rappellent à ceux qui en doutaient les jets de bouteilles et de verres en direction du cortège, toujours sous l’oeil de la gendarmerie.

La manifestation se termine dans le calme place du Vally, sans blessé à déplorer et avec la démonstration que Guingamp abrite un repère de fascistes qui a pignon sur rue.

  • Voici le lien d’un article très complet au sujet de la récente ouverture à Guingamp d’un bar par un militant d’extrême-droite (rédigé par des militants de la Gauche Indépendantiste Bretonne Guingampais, résolument antifascistes) : Guingamp, mais que se trame-t-il au Bro Gozh Breizh Pub ?.

La plateforme du CVA 22

Le Collectif de Vigilance Antifasciste 22 est d’abord né d’une réaction, d’une volonté d’action contre la propagation des idées d’extrême­-droite qui s’est concrétisée à Saint­-Brieuc par l’appel à un rassemblement contre l’accueil des migrants. Il n’était pas question pour nous de leur laisser la rue.

Au-­delà de cette initiative, les organisations et individuEs alors réuniEs sont tombées d’accord pour que la contre ­offensive s’inscrive dans la durée, au vu de la (...)