Le Pen proche du peuple ? famille multimillionnaire

jeudi 13 avril

Le Pen "Au nom du peuple" ? famille multimillionnaire

A l’entendre s’approprier les difficultés quotidiennes du peuple dont elle développe une analyse simpliste et erronée, Marine Le Pen voudrait s’ériger comme seul rempart à la misère et l’injustice sociale. Il n’en est rien ! Tout juste pourrait-elle étaler sur la misère le clinquant de sa (pseudo)charité. La misère est sacrée, pour les riches. Il est défendu de s’y attaquer. Ça pourrait détruire leurs privilèges.

A l’automne 1976, Jean-Marie Le Pen a perçu un héritage de 30 millions de francs suite au décès de Hubert Lambert. L’homme, fragile physiquement et psychologiquement, fit de Jean-Marie Le Pen son exécuteur testamentaire et son unique héritier. Sa fortune dans la cimenterie s’est en partie forgée à la sueur du front de travailleur-e-s immigré-e-s. Pour atteindre ce niveau de richesse, un-e ouvrier-ère- de l’usine aurait dû travailler 1000 ans. Un millénaire de salaire d’ouvrier-ère- tombé du ciel dans des conditions décriées par la famille du défunt.

Les millions des ciments Lambert ont transformé le leader historique frontiste en grand propriétaire bourgeois. Profitant de cette manne financière ainsi que d’autres héritages venus de proches de la famille et du parti, le patriarche s’est lancé dans des investissements fortement lucratifs : outre l’acquisition de 50% d’une marque de champagne dont le chiffre d’affaire avoisine les 10 millions d’euros. Le clan Le Pen s’est forgé un immense patrimoine immobilier géré par de nombreuses Sociétés Civiles Immobilières ( SCI du Pavillon de l’écuyer, SCI de l’hôtel particulier de Montretout, SCI Clergerie-Hugo... pour un actif supérieur à 10 milions d’euros) dans le but d’échapper au fisc en le soustrayant de son patrimoine personnel. Une manie récurrente puisque le fisc, suite aux révélations des Panamas papers, soupçonne Jean-Marie d’avoir caché 2,2 milions d’euros dans les Iles Vierges Britanniques.

L’étalage patrimonial du patriarche est important pour comprendre et mettre en lumière les mensonges éhontés contenus dans la déclaration patrimoniale transmise par la candidate à la HATVP, Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique. Pour justifier la sous-estimation patrimoniale de 60%, lui permettant au passage d’échapper à l’ISF, elle indique s’être fiée aux estimations fournies par son papa. Pas très loyale la belette quand on sait qu’elle héritera d’une partie de ce patrimoine. Les faméliques 627000 euros de patrimoine net ne seront bien plus qu’un mauvais souvenir.

Nous noterons dans la déclaration à la HATVP que Marine a emprunté 6 milions d’Euros à Cotelec pour le financement de la campagne présidentielle. Or, Cotelec est un micro-parti dont le président est... Jean-Marie Le Pen. L’argent semble décidément couler d’une source intarissable.

Les micros-partis (Promelec, Jeanne, jean-Marie Le Pen-Promelec...) sont une source de profit pour la famille Le Pen qui se finance ainsi sur le dos du contribuable. Le spectre du financement illégal du parti politique devrait être prochainement mis en lumière par la justice. Le micro-parti Jeanne a d’ailleurs été requalifié en société commerciale par le fisc dans l’affaire dite des kits de campagne. Deux des bénéficiaires de cette arnaque sont Chatillon et Lousteau, membres de l’ultra droite fasciste et notoirement violente, amis de longue date de Marine Lepen.

Comment supposer dès lors, entre la sous-estimation patrimoniale, le financement illégal du parti spoliant le contribuable en favorisant les copains, l’évasion fiscale, que Marine Le Pen puisse être la garante d’une politique servant l’ensemble de la population ?

Elle privilégiera toujours ses intérêts personnels et ceux de son parti (véritable entreprise familiale) au détriment de l’intérêt général. Elle fustigera ceux qui, selon elle, vivent au crochet de la société mais se gardera bien de participer et de s’engager en faveur d’une plus juste répartition des richesses. D’ailleurs les mesures prisent par les élu-e-s locaux frontistes constituent de véritables attaques a l’encontre de la classe populaire et ses outils de solidarité :

=> Avril 2014 : à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais), le maire Steeve Briois (FN) retire son local à la Ligue des droits de l’Homme.

=> 25 Juin 2014 : Au Pontet, le maire FN Joris Hébrad a supprimé la gratuité de la cantine scolaire pour les enfants de famille démunies, sous prétexte de « responsabiliser les familles » .

=> Septembre 2014 : Au Pontet le maire FN se désengage du téléthon. Une course de plusieurs milliers de bénévoles est annulée.

=> Septembre 2014 : à Fréjus (Var), le maire David Rachline (FN) ferme le centre social de Villeneuve qui hébergeait des associations œuvrant dans les quartiers populaires

=> Février 2015 A Beaucaire le maire FN Julien Sanchez supprime les subventions et le local à la Maison du Vivre Ensemble, qui assurait du soutien scolaire auprès d’une centaine d’enfants d’un quartier défavorisé.

=> Mars 2015 : à Mantes-la-Ville (Yvelines), le maire Cyril Nauth (FN) retire son local à la Ligue des droits de l’Homme.

=> Septembre 2016 : le maire FN de Hayange prive de local le secours populaire ( + de 700 bénéficiaires...)

sources :
http://www.planet.fr/politique-lorigine-de-la-fortune-de-jean-marie-le-pen.846385.29334.html
http://www.politique.net/2007122602-enquete-sur-la-fortune-de-le-pen.htm
http://www.humanite.fr/dynastie-le-pen-chez-eux-la-seule-chose-gauche-cest-largent
http://www.huffingtonpost.fr/2016/09/29/hayange-secours-populaire-fabien-engelmann_n_12249102.html
https://www.mediapart.fr/journal/france/200914/le-maire-fn-du-pontet-se-desengage-du-telethon
https://www.mediapart.fr/journal/france/080914/frejus-le-maire-fn-ferme-un-centre-social-en-ciblant-ses-positions-politiques
https://www.francebleu.fr/infos/societe/le-maire-fn-du-pontet-veut-supprimer-la-gratuite-de-la-cantine-pour-les-plus-pauvres-1403678128

D’autres arguments à venir
Les bandeaux au format pdf
« 

PDF - 595.6 ko

 »


La plateforme du CVA 22

Le Collectif de Vigilance Antifasciste 22 est d’abord né d’une réaction, d’une volonté d’action contre la propagation des idées d’extrême­-droite qui s’est concrétisée à Saint­-Brieuc par l’appel à un rassemblement contre l’accueil des migrants. Il n’était pas question pour nous de leur laisser la rue.

Au-­delà de cette initiative, les organisations et individuEs alors réuniEs sont tombées d’accord pour que la contre ­offensive s’inscrive dans la durée, au vu de la (...)