Droits des femmes : les députés FN votent contre

mardi 18 avril

Droits des femmes : les députés FN votent contre

Pendant que Marine Le Pen se vantait « d’être la seule femme qui défend les femmes » son service d’ordre violentait une Femen en coulisses au Zenith de Paris le 17 Avril 2017.

Marine Le Pen a beau s’afficher en femme libre, divorcée, ayant une activité hors de la sphère familiale, vivant en concubinage... Elle affirmait pendant la campagne présidentielle de 2012, en prônant le salaire parental que « le progrès pour les femmes, c’est de rester à la maison ».

Voici ses propositions pour la campagne 2017 « n°9 défendre le droit de Femmes ; lutter contre l’islamisme qui fait reculer leurs libertés fondamentales ; mettre en place un plan national pour l’égalité salarial femmes/hommes et lutter contre la précarité professionnelle et sociale ».

Plus récemment, lors de sa campagne des européennes en 2015 à Lens, la leader du FN a montré sa vision de la femme et de sa place :
"L’Union européenne exige que nous recevions dans les prochaines années, tous pays confondus, jusqu’à 50 millions d’immigrés supplémentaires, soi-disant pour lutter contre le vieillissement de la population. Nous, on a un moyen plus simple, c’est de faire des enfants Français" défendant "une politique nataliste, comme elle a pu être mise en œuvre dans d’autres pays avec beaucoup d’efficacité".
Outre la manipulation des chiffres sur la politique migratoire, on voit poindre sa conception de la femme qui n’est plus considérée comme un être humain à émanciper mais juste comme un ventre bon à enfanter, pour défendre une nation soi-disant menacée selon la « théorie du grand remplacement ».

Le FN au pouvoir c’est surtout un retour en arrière sur les avancées des femmes ou un frein sur leur émancipation. Les députés frontistes ont voté contre l’abolition du système prostitutionnel ; la loi pour l’égalité réelle entre les femmes et les hommes ; la loi sur le harcèlement sexuel. Au niveau européen, les trois eurodéputé-e-s frontistes (Marine et Jean Marie Lepen et Bruno Gollnisch) de la mandature 2009-2014 ont voté systématiquement contre les textes en faveur de la construction de l’égalité femmes-hommes (notamment le rapport Estrela sur la santé et les droits sexuels et génésiques en décembre 2013 et le rapport Zuber sur l’égalité femmes-hommes en mars 2014). En outre, de nombreux cadres du parti ont pris position contre l’Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) et le planning familial :
« Ce n’est pas à l’Etat de réparer les inattentions des femmes. » pour Marion Maréchal Lepen
« IVG de confort » pour le Vice-Président du Parti Louis Aliot
En 2015 Marion Maréchal Le Pen en cas de victoire aux régionales aurait supprimer le planning familial.

L’égalité salariale entre les hommes et les femmes serait un concept très récent au Front National. En décembre 2011, Marie-Christine Arnautu, vice-présidente au FN des Affaires Sociales, avait déclaré au magazine Causette : « Qu’est-ce que vous voulez ? Qu’on égalise les salaires alors que tant de gens sont au chômage ? »

Pour conclure le front national n’a aucune volonté politique en matière d’égalité femmes/hommes si ce n’est celle de la combattre, qu’il s’agisse des prises de position sur la soi-disant théorie du genre, sur l’avortement ou sur la place des femmes dans la société, ce parti n’a cessé de nous prouver son opposition farouche aux droits des femmes.

sources :
http://droitsfemmescontreextremesdroites.org/spip.php?article52
http://lahorde.samizdat.net/2016/06/24/le-fn-et-les-femmes-un-tournant-feministe/
http://www.visa-isa.org/content/le-programme-de-marine-le-pen-un-programme-autoritaire-au-service-des-puissants
http://madame.lefigaro.fr/societe/plannings-familiaux-avortements-femme-polemiques-front-national-041215-109777
http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1209171-le-fn-les-femmes-et-le-sexe-le-paradoxe-marine-le-pen-qui-s-affiche-femme-libre-mais.html

PDF - 42.1 ko

La plateforme du CVA 22

Le Collectif de Vigilance Antifasciste 22 est d’abord né d’une réaction, d’une volonté d’action contre la propagation des idées d’extrême­-droite qui s’est concrétisée à Saint­-Brieuc par l’appel à un rassemblement contre l’accueil des migrants. Il n’était pas question pour nous de leur laisser la rue.

Au-­delà de cette initiative, les organisations et individuEs alors réuniEs sont tombées d’accord pour que la contre ­offensive s’inscrive dans la durée, au vu de la (...)